Pas d'image
Études

Le vocabulaire en Français Élisabeth Nonnon Pas encore d'évaluation.

Les numéros et articles consacrés à l’enseignement du vocabulaire n’ont pas été nombreux dans les revues de didactique du français langue première ces vingt dernières années, même si à plusieurs moments, des publications ont rappelé son importance et l’urgence de refonder une didactique du lexique. Parler du lexique confronte la didactique à un objet complexe, difficilement didactisable, chargé de valeurs, à l’interface du travail cognitif et social de construction des représentations sémantiques, et de la prise en compte des contraintes du fonctionnement linguistique. De ce fait, les ressources théoriques à mobiliser appartiennent à plusieurs champs, ne sont pas consensuelles et il subsiste de nombreuses inconnues, ce qui rend difficile une transposition didactique directe. Cependant si nombre de débats demeurent ouverts, une convergence se dessine pour souligner la nécessité d’articuler dimensions syntagmatique et paradigmatique des fonctionnements lexicaux, de centrer le travail sur les usages et le choix des mots dans le processus même de production langagière, en écriture notamment, ce qui mobilise toujours indissociablement les dimensions lexicale, syntaxique et énonciative. Cela devrait obliger à mieux connaître les difficultés dans le maniement du vocabulaire réellement constatées dans les productions d’élèves (en particulier liées aux collocations de mots connus) pour définir des formes de systématisation ajustées. https://journals.openedition.org/reperes/88

Lire plus!
Pas d'image
Hémérothèque

Enseignant innovant Pas encore d'évaluation.

L’EXPRESSO
Voir le forum |  Réagir sur le forum |  Imprimer  |  Télécharger

8ème FEI : Philippe Meirieu : A quoi sert un enseignant innovant ?
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/12/07122015Article635850675440521193.aspx

Un enseignant innovant est un enseignant qui doute : des pratiques routinières comme de ses propres audaces. C’est pourquoi la conférence d’ouverture de Philippe Meirieu a été un moment particulièrement fort du 8ème Forum des Enseignants Innovants organisé les 4 et 5 décembre à Paris par le Café pédagogique et 15 associations d'enseignants. Les participants y ont trouvé des réponses éclairantes à leurs propres interrogations sur la légitimité de leurs activités pédagogiques : et si un enseignant innovant était subversif parce qu’il invitait l’Ecole à plus de cohérence entre les finalités de l’éducation et les modalités d’apprentissage ? Dès lors, c’est bien le système tout entier qui devrait se mettre à douter. Verbatim de la conférence augurale…

 

Facteurs de cohérence dans l'Education nationale

 

L’expression « enseignants innovants » constitue pour certains un oxymore : l’Ecole aurait par essence une fonction conservatrice. Conservatrice, mais de quoi ? De la « méritocratie républicaine » (une façon d’habiller « l’individualisme possessif et concurrentiel ») ? Des inégalités sociales ? D’un mode marchand de transmission des savoirs ? D’un processus d’externalisation du « vrai travail scolaire » ? Et si l’Ecole avait plutôt une fonction équilibrante ? S’il fallait s’en référer plutôt aux finalités fondatrices ?

 

En réalité, les « enseignants innovants » sont animés par une exigence de rationalité. Il s’agit d’inverser le fonctionnement technocratique actuel qui se montre jacobin sur les modalités et girondin sur les finalités. Innover, c’est revenir sans cesse aux finalités et parcourir la chaîne dans les deux sens. Hélas l’institution n’aime pas ceux qui disent : mais faites donc ce que vous annoncez ! Le plus subversif, c’est celui qui comme l’enseignant innovant demande la cohérence entre les finalités et les modalités. Par exemple, l’injonction faite de développer un « usage critique des nouvelles technologies ». Malheur à celui qui répond : « Chiche ! Allons-y ! Pratiquons en classe ! »

 

En réalité, les enseignants innovants sont des facteurs de cohérence. Ce sont des gens obstinés : ils tiennent parole, ils restituent de la cohérence et de la crédibilité au projet d’éduquer. Leur travail est difficile : il s’agit d’inventer les moyens d’incarner les finalités de l’éducation dans les réalités de l’Ecole. L’enjeu, c’est de ne plus être dans la pensée magique : par exemple dans l’injonction faite aux élèves « soyez citoyens ! » sans qu’on se donne la peine de faire l’apprentissage de la citoyenneté dans la réalité de la classe et de l’Ecole.

 

Contre la prolétarisation des enseignants

 

L’Education nationale diffuse l’idée qu’il faut appliquer plutôt qu’inventer. Les enseignants innovants, eux, inventent les moyens de « faire l’école » d’aujourd’hui : de transmettre et d’émanciper en même temps. Car la vraie transmission, c’est de faire comprendre que le savoir émancipe ! Refuser par exemple que l’écriture soit vécue à l’Ecole comme une souffrance plus que comme une émancipation !

 

Pour que chacun puisse accéder à la pensée et à la citoyenneté, il y a quelques principes essentiels à mettre en œuvre : surseoir, symboliser, savoir, s’engager, ritualiser, coopérer, se dépasser. Il ne faut pas confondre normativité, nécessaire, et normalisation, dangereuse. Il convient de changer le rapport à l’autorité,  de faire en sorte que celle-ci soit liée non plus à la nature, mais à la responsabilité du sujet dans le projet : c’est ainsi que se construit et s’apprend la démocratie. L’Ecole doit se faire invitation à se dépasser plutôt qu’à dépasser les autres : l’innovation, en ce sens, contrairement aux stéréotypes, c’est bien le contraire du laxisme !

 

Une institution ne vit que par la mobilisation de ses acteurs. Les innovateurs luttent contre la prolétarisation des enseignants. L’institution est toujours plus exigeante avec les innovateurs qu’avec les autres. Ce sont plutôt ceux qui campent dans la routine qui prennent les élèves pour des « cobayes ».

 

Se former tout au long de la vie

 

Les enseignants innovants doivent cependant être vigilants. Prendre des distances avec certains lieux communs de la pédagogie ou de l’institution : ne pas être victimes des modes de vocabulaire, par exemple le mot « individualisation » récemment. Faire attention aux « complicités culturelles », qui sont parfois associées aux innovations : l’autonomie ou la motivation sont des objectifs et non des préalables, notions à ne jamais confondre ! Etre soucieux de communiquer avec les partenaires : les parents, les associations … Prendre en considération l’évaluation du travail, mais à partir de critères négociés. Veiller à peser les conditions de transférabilité de l’innovation.

 

Finalement, qu’est-ce qu’un enseignant innovant sinon un enseignant qui se forme tout au long de la vie ? Loin de sombrer dans le piège de l’aigreur routinière, il contribue à faire de l’Ecole un lieu d’autoformation et d’interformation : à faire vraiment de l’Ecole un lieu de formation.

 

Propos recueillis par Jean-Michel Le Baut

 

Le document de P Meirieu

Les chroniques de Philippe Meirieu dans le Café pédagogique

 

Lire plus!
Autres périphériques

La Didactique de la Grammaire dans l’enseignement du Francais et des Langues Pas encore d'évaluation.

La Didactique de la Grammaire dans l’enseignement du Francais et des Langues

J.C. Beacco

Éditions Didier

La question de la grammaire dans l’enseignement des langues n’occupe plus le devant de la scène, mais elle est toujours d’actualité pour qui enseigne. La diffusion du Cadre Européen Commun de Référence et des descriptions par langue (allemand, anglais, espagnol, francais, italien) de ses niveaux, la lente élaboration de l’éducation plurilingue et l’affimation des recherches en acquisition des langues étrangères l’ont remise à l’ordre du jour.

On montre comment sont à l’oeuvre des connaissances savantes (sciences du langage), certaines de leurs formes didactisées (par exemple pour le francais, la “grammaire ordinaire”), les savoirs d’expertise des enseignents et les représentations sociales des langues (chapitre 1). Cette configuration des savoirs impliqués en didactique permet de rendre compte des problème que posent les activités gramaticales (chapitres 3 à 6), la sélection des éléments à enseigner (chapitre 6 et 7), le discours gramatical (chapitre 8) et les progressions (chapitre 9). Cet ouvrage vise à suggérer des directions de recherche dans la perspective de la contextualisation de la didactique des langues. 

Lire plus!
Pedagogía

AMIFRAM Pas encore d'évaluation.

L'AMIFRAM –Asociación de Maestros e Investigadores de Francés de México, A.C. –, a le plaisir de vous informer que son congrès bisannuel aura lieu les 24, 25 et 26 novembre 2016 à l’ Universidad de Sonora, Hermosillo.

Cet événement sera, une fois de plus, l'occasion non seulement de réunir tous les enseignants et étudiants oeuvrant à la diffusion du français et des cultures francophones au Mexique et ailleurs, mais aussi de rencontrer des spécialistes nationaux et internationaux qui s'interrogent sur les notions de globalisation, homogénéisation et contextualisation en didactique des langues et des cultures, tant sur le plan des pratiques que sur celui de l’éthique.

L'AMIFRAM invite les professeurs, étudiants, chercheurs et responsables d’enseignement de français, de programmes et de politiques linguistiques à participer à cette rencontre.

Les réflexions seront structurées autour des trois axes suivants :
Axes de Réflexion
1. Diversité linguistique et culturelle

Les interventions aborderont les problématiques directement liées aux thématiques suivantes : usages linguistiques, formes et structures linguistiques, le français dans le temps, évolution linguistique, modèles linguistiques et culturels de la langue, le français dans l’espace (régions, pays, francophonie), le français, outil identitaire, représentations culturelles de la langue, cultures véhiculées par la langue, expressions de la Littérature –Monde.

2. Réalités actuelles de l'Enseignement – Apprentissage des Langues-Cultures

Les méthodologies et les supports d’enseignement, d’une part, les approches visant le développement des stratégies d’apprentissage, d’autre part, seront présentés d’un point de vue pratique ou théorique. Les recherches menées dans ce domaine donneront un éclairage spécifique et particulier à chaque contexte éducatif. On pourra aborder les thèmes liés aux TICE, à la littérature, à l’interculturalité, à l’évaluation, etc.

3. Perspectives du FLE à l’avenir

Ce troisième axe permettra d’aborder les perspectives du FLE à l’avenir dans tout le pays. La formation et le marché du travail permettront des réflexions importantes. Le thème de la formation initiale et continue des enseignants de langues et cultures mettra en place de nouveaux projets sur les contextes professionnels, sur les valeurs morales et les aspects éthiques sous-jacents à toutes formations. On pourra présenter des maquettes de formation innovantes et discuter les résultats obtenus
Formats d’Interventions
Table ronde

Les tables rondes réuniront trois ou quatre intervenants qui traiteront d’un même sujet ou thème, mais chacun d’un point de vue différent. Les participants auront 15 minutes pour leur exposé qui sera suivi d’une séance de 30 minutes de questions/réponses avec un modérateur.

Communications

Les présentateurs auront 20 minutes pour leur exposé qui sera suivi d’une séance de 10 minutes de questions/réponses.

Ateliers

Les présentateurs auront 1h30 pour présenter des pratiques en pédagogie. Les photocopies ou le matériel utilisé seront à la charge du présentateur.

Affiche

Il s’agit d’une communication présentée sous forme graphique et qui est accompagnée d’une brève présentation orale (dimensions des affiches : largeur : 80 cm, hauteur : 1 m 20).

Les communications se feront de préférence en français.
Date limite pour l’envoi des propositions d’interventions :
31 juillet 2016
Communication de l’acceptation des propositions :
30 août 2016

Lire plus!