Jacques Rivette, cinéaste de la Nouvelle Vague, est mort à l’âge de 87 ans

S'il vous plaît noter ce

ACTUALITÉS
29/01/2016 12:57 CET | Actualisé 05/10/2016 03:28 CEST

Le réalisateur Jacques Rivette, figure de la Nouvelle vague, est mort

AFP

Né à Rouen en 1928, Jacques Rivette fait partie des cinéastes les plus emblématiques de la Nouvelle vague, aux côtés de Jean-Luc Godard ou Éric Rohmer, avec lequel il a fondé la Gazette du cinéma. Il fut aussi rédacteur en chef des Cahiers du cinéma.

En dehors de Bulle Ogier, sa muse, Jacques Rivette a fait jouer des acteurs et actrices tels qu’Anna Karina, Michel Piccoli, Jane Birkin, Sandrine Bonnaire, Guillaume Depardieu, Emmanuelle Béart ou encore Jean-Claude Brialy. Son dernier long-métrage, “36 vues du pic Saint-Loup”, est sorti en 2009. Il a obtenu le Grand Prix de Cannes en 1991 pour “La Belle Noiseuse”.

François Hollande a salué “l’un des plus grands cinéastes. Il a marqué plusieurs générations” et “son œuvre hors normes lui a valu une reconnaissance internationale”, a déclaré le président de la République, selon un communiqué de l’Élysée.

“Cinéaste de la femme, Jacques Rivette a, à travers des films tels que ‘Suzanne Simonin, la religieuse de Diderot’, ‘Amour fou’ ou ‘La Belle Noiseuse’, offert des rôles majeurs à des actrices qui sont entrées dans l’histoire du cinéma”, a également souligné le chef de l’État, adressant “ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches”.

 

Élysée

@Elysee

Le président @fhollande adresse ses sincères condoléances à la famille de Jacques Rivette et à ses proches.

Sur Twitter, Fleur Pellerin a aussi rendu hommage à “l’un des plus grands cinéastes de l’intime et de l’impatience amoureuse”, estimant qu’il s’agissait d'”un jour de profonde tristesse”.

 

Fleur Pellerin

@fleurpellerin

Avec Jacques Rivette disparaît l’un des plus grands cinéastes de l’intime et de l’impatience amoureuse. C’est un jour de profonde tristesse.

Il était “l’un des plus lucides, les plus inventifs, les plus libres de la Nouvelle Vague”, a souligné l’ancien critique et ex-président du Festival de Cannes Gilles Jacob.

“Le cinéma français perd un de ses réalisateurs les plus libres et les plus inventifs”, a renchéri l’actrice Anna Karina, qui avait joué avec lui dans “Suzanne Simonin, la Religieuse de Diderot” et dans “Haut, Bas, Fragile”.

GALERIE PHOTOIls nous ont quittés en 2016Voyez les images