UNIVERSITÉS – Où sont les meilleures du monde?

S'il vous plaît noter ce

Comme chaque année, le Times Higher Education (THE) a publié son classement des meilleures universités en Europe. Sans grosse surprise, ce sont les universités britanniques qui dominent largement le haut du classement avec 7 établissements dans le top 10. A l’échelle mondiale, les universités américaines s’inclinent légèrement face à l’hégémonie européenne. 

‘Université d’Harvard (Massachusets) qui a perdu 4 places au classement mondial THE et qui finit en 6ème position

En Europe, monopole britannique 

Sur les 200 meilleures universités en Europe, 46 sont britanniques. Elles trustent les premières places du classement avec 7 établissements dans le top 10. L’Université d’Oxford, suivie de Cambridge et de l’Imperial College London dominent le podium. Vient ensuite le peloton composé de l’University College London, de la London School of Economics and Political Science (LSE), de l’Université d’Edimbourg et du King’s College London qui occupent respectivement les 5ème, 6ème, 7ème et 8ème places.

Partir étudier dans les pays scandinaves, une bonne alternative 

Pour les étudiants les plus ambitieux qui ne supporteraient pas la pluie londonienne, sachez que la péninsule scandinave abrite 17 universités classées parmi les 200 meilleures d’Europe. Un score plus qu’honorable au vu de la taille de sa population. Karolinska, université de médecine, basée à Stockholm, réussit même à se hisser à la 9ème place du classement.

La Suisse se démarque aussi avec 9 de ses établissements qui figurent dans le top 200, dont le Swiss Federal Institute of Technology, l’école polytechnique fédérale de Zurich, qui arrive en 4ème position. C’est la première fois depuis dix ans qu’un établissement non anglo-saxon se trouve dans le top 10.

L’Allemagne, l’autre leader européen 

A la dixième place du classement européen, on trouve l’Université Louis-et-Maximilien de Munich (LMU), deuxième plus grande université d’Allemagne, qui compte parmi ses anciens élèves le pape Benoit XVI ou encore Konrad Adenauer, premier chancelier de la RFA.

Sur les 200 meilleures universités européennes, 20 sont allemandes. A l’échelle mondiale, l’Allemagne est l’un des pays européens qui compte le plus d’universités réputées dans le classement des 800 meilleures universités du monde (publié en octobre 2015), avec les Pays-Bas et la Suisse. Par comparaison, la France ne compte que 4 établissements dans le top 100 européen : l’Ecole Normale Supérieure (17ème), Polytechnique (43ème), Pierre-et-Marie-Curie (51ème) et Paris-Sud (96ème)  et dans le top 100 mondial : seulement une, l’ENS (54ème).

L’Europe de l’Est, « totalement à l’ouest » ?

Selon le site de Times Higher Education, si l’Est de l’Europe enregistre généralement des scores faibles dans les classements, c’est la Russie qui obtient le plus mauvais résultat en 2015-2016. Elle ne compte que 5 établissements dans le top 200 européen et seulement une dans le top 100, la Lomonosov Moscow State University, qui occupe la 79ème place, devenant ainsi le pays le moins bien classé au regard de la taille de sa population et de son PIB.

L’activité internationale, un facteur déterminant pour dominer le haut du classement 

En 2015, 63 universités américaines se classent parmi les 200 premières mondiales, une légère perte de vitesse pour les Etats-Unis qui comptaient 74 établissements dans le classement 2014-2015.  

Classement mondial de Times Higher Education 

– California Institute of technology, Etats-Unis (=)
– University of Oxford, Royaume-Uni (+ 1)
– Stanford University, Etats-Unis (+ 1)
– University of Cambridge, Royaume-Uni (+ 1)
– Massachusetts Institute of Technology, Etats-Unis (+ 1)
– Harvard University, Etats-Unis (- 4)
– Princeton University, Etats-Unis (=)
– Imperial College London, Royaume-Uni (+ 1)
– ETH Zurich – Swiss Federal Institute of Technology, Suisse
– University of Chicago, Etats-Unis

La comparaison porte sur treize critères précis, dont la recherche ou la pédagogie mais c’est surtout l’activité internationale qui explique le succès des universités anglo-saxonnes. Les étudiants étrangers pèsent beaucoup dans l’économie d’un établissement.Une récente étude de Campus France, menée auprès de 26.000 étudiants issus de 330 établissements d’enseignement supérieur, révèle que 74% des élèves français des universités ne partent pas à l’étranger. Prouvant par là, la faible intégration internationale des universités françaises relativement à celle des universités anglo-saxonnes. L’étude met en lumière une forte disparité : alors que seuls 19% des étudiants en écoles de commerce ou d’ingénieurs ne partent pas, 74% des étudiants en universités n’avaient aucune expérience à l’étranger au moment de l’enquête.

Des résultats nuancés en Asie

A la 26ème place, on trouve le National University of Singapore, premier établissement asiatique du classement. Vient ensuite la Chine qui compte deux établissements dans le top 50, la Pekin University et la Tsinghua University, respectivement à la 42 et 47 èmesplaces.

La présence des universités japonaises et sud-coréennes diminue fortement dans le classement mondial. Le Japon ne compte plus que deux universités dans le top 200 – l’Université de Tokyo, qui chute de 20 places pour terminer 43ème, et l’Université de Kyoto (88ème). Quant à la Seoul National University, qui était 50ème en 2014-2015, elle finit en 85ème position.

Des classements à prendre avec précaution 

Ces résultats sont néanmoins à prendre avec des pincettes. Un article des blogs du Monde “Focus Campus” a recensé toutes les réserves à émettre au sujet de ces fameux classements. Souvent critiquée, la logique du classement d’écoles ne peut pas, par définition, prendre en compte la subtilité ni la réalité de l’enseignement supérieur et de ses institutions diverses. Elle ouvre parfois même à des dérives et des manipulations de résultats.

Mathilde Poncet (www.lepetitjournal.com) –  jeudi 31 mars 2016